mardi 23 août 2016

HHhH de Laurent Binet

Présentation de l'éditeur : Laissez-vous transporter dans la tourmente de la Deuxième Guerre mondiale, à Munich, Berlin, Londres, Paris, Kiev, faites un petit détour par le Moyen Age et repassez par 2010 pour atterrir à Prague, en 1942. HHhH raconte l’histoire de l’attentat contre Heydrich et de la folle traque qui s’ensuivit pour s’achever dans une église au centre de Prague où sept hommes soutinrent un siège de sept heures face à sept cent SS. Reinhard Heydrich, « l’homme le plus dangereux du IIIe Reich », était le bras droit d’Himmler mais chez les SS, on disait « HHhH », ce qui signifiait : « le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ». A l’heure où le débat fait rage autour des rapports tumultueux entre Histoire et fiction (cf. l’affaire Lanzmann-Haenel), dévorez sans attendre ce roman étonnant qui reconstitue les faits avec une précision maniaque fondée sur un travail de documentation impressionnant mais qui se pose sans cesse la question, entre deux déflagrations : comment raconter une histoire vraie ?




Une véritable enquête sur l'attentat contre Heydrich menée par Laurent Binet

J'aime, pendant mes vacances, outre lire des romans jeunesse parce qu'ils passent mieux, lire de gros pavés historiques. Et comme HHhH trainait dans ma PAL depuis au moins tout ça (donc depuis plus d'un an), je me suis dit qu'il était temps. Surtout pendant le long trajet en voiture qui me menait en vacances. Et il me l'a bien plombé mon trajet parce que, outre le fait que cette enquête est réellement passionnante, retracer la vie et la mort d'un monstre nazi, c'est pas vraiment un de mes objectifs de vie.

Surtout qu'ensuite, pour vous raconter ma vie, on s'est fait la visite du Château des Ducs à Nantes et pour ceux qui hésitent à y aller, foncez. Dans un des étages du château, il y a tout un pan sur les Guerres mondiales et pour la seconde, vous avez une place pour les camps de concentration et les lettres de dénonciation des collabos. Inutile de vous dire que j'en suis ressortie complètement destroy mais j'ai envie de vous dire, surtout avec le climat d'intolérance flagrant de notre époque, qu'il y a des fois où le devoir de mémoire est nécessaire.

Donc, si vous désirez une enquête pointue et très bien tournée sur Heydrich, mais foncez direct plutôt que d'aller vous embêter avec vos livres d'histoire. Qui plus est, Laurent Binet cite très bien ses sources et vous indiquera aussi certains reportages. Que vous pourrez aller zieuter en complément d'information (Laurent Binet, si par le plus grand des hasards tu lis ma chronique, sache que j'ai fait les reportages après car ma couverture internet était pourrie. Voilà tu sais tout).


Autre chose magnifique de ce livre, L'auteur montre à quel point ces recherches l'ont changé lui !

Et je l'ai vécu quelque part en faisant cette visite au musée. Lorsqu'on fait des recherches sur un personnage pas très sympathique de l'Histoire, on plonge littéralement dans l'horreur de cette histoire. Et Laurent Binet, en nous partageant ses réflexions tantôt noires, tantôt hilarantes,  tantôt interrogatives qui alternent les chapitres purement historiques, nous montre à quel point l'écriture de ce roman l'a changé, l'a bouleversé. Il y a une véritable réflexion sur le roman Historique. Doit il relater les faits et rien que les faits. Doit il au contraire avoir une part de romanesque pour rendre la lecture plus digeste. Est ce du coup un vrai roman historique ?

J'ai dévoré ses réflexions et je dois dire qu'elle m'ont fait pas mal cogité sur les romans à tendance historiques et les romans historiques que je lis. Et j'ai compris du coup l'ampleur de sa tâche. J'ai eu aussi beaucoup de compassion pour lui car j'aurai préféré que ce livre ne le mine pas autant. Mais du coup, j'avoue égoïstement que je me suis sentie moins seule.

En bref : Un roman génial, un coup de coeur. Il faut le lire même si vous risquez de pleurer toutes les larmes de votre petit corps. En même temps, il n'est pas fait non plus pour vous faire passer un sacré bon moment mais vous aurez un moment très enrichissant et plein de réflexions.

lundi 22 août 2016

Yzé et le Palimpseste de Florent Marotta, suivi de Fall et de Discordia



Présentation de l'éditeur :Ambre Delage est une lycéenne lambda. Orpheline de père et de mère, elle vit chez sa tante Lucy qui l'élève depuis sa naissance.

Un soir, un événement dépassant l’entendement va brusquement la jeter dans un tourbillon de révélations qu'elle était loin d'imaginer.

Dès lors, pour la jeune fille tout bascule. Il faut fuir. Fuir sa vie tranquille, fuir son identité.

Mais qui est-elle vraiment ? 











Sur la plage abandonnée.....



Et sans réseau ! Oui oui madame. Bref, j'ai été contactée par les éditions Taurnada pour découvrir ce premier tome d'une saga jeunesse ainsi que deux nouvelles. Et sur le fond, j'étais d'accord avec eux. Mais impossible de leur envoyer un mail. Que dalle ! Mais voilà que je retrouve la civilisation, que je fais rire tout le monde et que je reçois Yzé. Mieux que cela, je peux le mettre sur ma Liseuse. Youhou !!!!! Ainsi, pour retourner au travail, je m'arme de cette découverte. Et hauts les coeurs.
Bon, la première semaine de boulot a été clairement horrible. Mais mes pauses midi étaient du coup très sympa. Parce que ce livre, ce tome 1, ce n'est pas un premier roman et cela se sent. Florent Marotta savait exactement où me mener. Voire même, et cela j'aime beaucoup, il a adapté l'intrigue à la jeunesse. 
Ce qui fait que moi adulte, j'étais très contente parce que l'intrigue a fait que j'ai accroché de suite, que la psychologie des personnages, que ce soit Yzé et ses amis, mais aussi Fall voire même les méchants (oui, les méchants ici ont une vraie personnalité, attention) et du coup, j'ai même dû mettre une alarme pour éviter de retrouver mon poste en retard.
Mais mon moi enfant (puisque dans ma tête j'ai 10 ans, sachez le). Il était aussi à l'aise. Car Florent Marrota a gentiment tout bien expliqué. En gros. C'est à dire que grâce à la découverte du monde d'Yzé par l'héroïne. Du coup, tout est limpide. Et c'est cela le secret de ce roman : un subtile mélange entre limpidité et suspense







Coquillages et crustacés 



Aussi, une fois ce roman super sympa lu, je m'attaquais aux deux nouvelles. La toute première, Fall, raconte l'histoire du protecteur d'Yzé. Et on le suit pendant une mission (qui débouchera sur Yzé, ne vous inquiétez pas, on fait le lien). Ce que j'ai particulièrement aimé pendant cette nouvelle, c'est que l'auteur a raccroché le monde d'Yzé au nôtre. Parce que cette histoire se passe pendant le futur, dans des villes qui changent de nom. Puis dans un village perdu. Ce qui ne nous permet pas vraiment d'avoir un univers tangible. Mais là, Florent Marotta, l'a mis en contact avec notre monde grâce au sauvetage d'un tennisman qui utilise son don de manière non conventionnel puisque c'est pour gagner ses matches de tennis. Et j'ai trouvé cela très amusant de voir cette application à un sport que nous connaissons tous en même temps. Et comme la nouvelle se raccroche à un personnage du roman (Fall) puis sur Yzé, cela m'a permis de rendre l'héroïne beaucoup plus réelle. Et j'ai beaucoup aimé du coup.
Ensuite, Discordia : l'origine du mal si je puis dire. En gros, la bataille entre les deux sortes de magiciens part d'une histoire à la Roméo et Juliette. Malheureusement, la Juliette meurt et c'est ce qui provoque le désir de vengeance auprès du magicien, l'inimité entre les deux groupes et un énorme ressentiment entre les deux parties pendant des siècles. Le fait de voir le méchant humain, enfin de compte  nous donne une toute autre relecture du premier tome. Et j'ai envie de dire, il aurait fallu en plus une autre nouvelle (quitte à donner du boulot à l'auteur, vous me connaissez) sur les deux méchants de l'Inquisition (je ne donne pas de noms pour ne pas vous spoiler). Là, cela aurait fait la trilogie de nouvelles parfaite. Mais qui sait ? Au deuxième tome (qui j'espère arrivera vite).


Bilan bilan : Mais mes amis, lisez moi tout cela. C'est frais, c'est intéressant, vous pouvez l'offrir à vos adolescents aussi. Mais vous pouvez le lire. Vous aurez de bonnes discussions de fond (et le dialogue avec l'ado, cela n'a pas de prix) et aussi un grand moment de divertissement. Osez sortir de vos sentiers battus et sautez le pas. Yzé vous surprendra :) Un dernier mot : Un grand merci à Joël des éditions Taurnada pour m'avoir proposé ce tome, ce fut une merveilleuse découverte. Pour plus de renseignements sur Yzé, c'est par ici

La Légende de Drizzt, tome 09 : L'Invasion des Ténèbres de R.A.Salvatore




Présentation de l'éditeur : La guerre est en marche. Aidés par des démons, les drows s'apprêtent à envahir Castelmithral et les royaumes environnants. Drizzt et ses compagnons représentent le seul rempart. Sauf s'ils parviennent à se rallier les opposants de la Maison Baenre : les mages du clan Harpell et les gnomes. Mais l'aide la plus précieuse sera aussi la plus inattendue. Car les elfes noirs sont à l'image de leur déesse : maléfiques, mais aussi terriblement imprévisibles et versatiles.










On approche du bout ou c'est moi ?

Et bien oui et non. Parce que en fait, pendant la Grosse OP de Bragelonne, j'ai découvert qu'il y'avait d'autres trucs sur Drizzt..... Oh my, je n'en terminerai jamais. Mais c'est pas grave. En vacances, on oublie tout (surtout les sous que j'ai dépensé dans cette Grosse OP) et on dépoussière la PAL, on regarde les séries qu'on doit terminer, toussa toussa. Et dedans, forcément, il y a un Drizzt. Et je dois dire qu'à chaque fois que je me dis que je vais lire un Drizzt, je suis contente.

C'est vrai, au bout du neuvième tome, on commence à bien connaître le personnage. Et c'est un plaisir de retrouver toute cette bande de joyeux lurons. Et du coup, j'ai suivi l'évolution de tous ces personnages. Y compris Gwen. Et je me suis grave inquiétée pour elle dans ce tome (mais je ne vous en dis pas plus).

Tatanner de méchants elfes noirs, c'est la vie.

Et quelque part, j'ai hâte de terminer ici pour entamer la saga de la reine araignée, pour comprendre encore plus les rouages de la cité des elfes noirs. Mais dans ce cas ci, les drows se sont pris de l'aide de démons, et hop hop hop, ils sont partis pour envahir Castelmithral. Et ça, ça passe pas. Mais je me mens à moi même parce que cela veut dire des scènes de baston de folie dans la cité naine.

Et j'ai été gâtée. Très très très gâtée. Et du coup, j'ai été comme une pile électrique pendant tout le bouquin. Et c'était génial parce qu'on voit l'unité du groupe, l'évolution des personnages, la vilenie des elfes noirs, les ruses des nains, l'alliance des peuples.... Tout ça en même temps. C'était tout cela dans un même tome et rien que pour cela, c'était génial. Et vous savez quoi? Maintenant que j'ai chroniqué le tome 9 : je peux lire le 10 !!!! *sautille partout*

Merlin, tome 1 : Les années perdues de TA Barrons



Présentation de l'éditeur : Le jeune Emrys ignore tout de son identité. Ses premiers souvenirs remontent à l’âge de sept ans, lorsqu’il s’est réveillé sur une plage…
Une femme guérisseuse, Branwen, prétend être sa mère. Mais il refuse de la croire.
Aujourd'hui adolescent, Emrys est déterminéà découvrir qui il est. D'autant qu'il s'est mis à développer des pouvoirs hors du commun, qu'il ne parvient pas à contrôler.
Sa quête le mène sur la mystérieuse île de Fyncaria, peuplée de créatures aussi merveilleuses qu'inquiétantes.









Quand un petit challenge perso te fait sortir de vieux coucous de la PAL

J'adore les légendes arthuriennes. Et j'ai adoré Codex Merlin. Alors quand une saga jeunesse a sorti l'enfance de Merlin, j'étais toute émoustillée. Et puis les chroniques négatives de la Blogo sont tombées. Et le livre a pris de la poussière. Mais ma petit Cali m'a lancé un défi. Elle me choisi en gros un livre par mois jusqu'au mois de Décembre et je dois le lire. Et au mois de Juillet, vala ti pas qu'elle me sort celui là. Vous auriez du voir ma tronche. Littéralement, j'étais deg.

Mais challenge challenge, je le lis. Et je dois dire qu'il est pas si dégueu que cela Merlin et son enfance. C'était même plutôt sympa à la lecture dis donc. J'ai même franchement terminé le livre en ayant envie de me retrouver le soir à la maison pour le lire. Et je l'ai même terminé en revenant de vacances. Alors merci ma Cali !


Une enfance magique (ou pas ) pour Merlin.

On découvre donc pourquoi Merlin s'appelle Merlin, comment il a fait pour avoir tous ces pouvoirs de folie, quels ont été ses amis, comment il jouait à la marelle, bref, tous ces trucs là. Et T.A. Barron n'a pas été trop dans la mièvrerie, ce qui est plutôt cool. Il a même, je dirai, rendu Merlin assez accessible. Il sort de son aura d'enchanteur qui a influencé sur toutes les légendes arthuriennes. Voir Merlin en dehors de ces légendes. Cela change grave.

Alors, après, premier tome, voyage initiatique. Bons sentiments comme des mauvais. Comme je vous le disais, on reste dans le domaine de la jeunesse. Maintenant, je suis quand même bien embêtée car je n'avais pas poussé le délire à l'époque d'acheter les quatre tomes. Va falloir que je poursuive l'histoire un de ces quatre, tout de même ;) Mais ce sera pour une autre aventure. Livre de Juillet lu ! 

L'Heure du loup de Robert Mc Cammon




Présentation de l'éditeur : Michael Gallatin est un as de l’espionnage, un séducteur, mais surtout un loup-garou. Capable de se transformer à la vitesse de l’éclair, de tuer silencieusement et avec une incroyable férocité, il a déjà donné un aperçu de ses talents en Afrique contre Rommel. Il doit maintenant s’acquitter de la plus dangereuse et de la plus délicate des missions : découvrir qui se cache derrière l’opération « Poing d’Acier », le mieux gardé des plans secrets nazis.












Une intrigue comme on en voit peu.

Il y a quelques années maintenant, je vois l'Heure du loup sur un site d'achat d'ebooks. J'étais dans une période clairement loup garou et sur le coup, cela paraissait une bonne idée. Et puis cela m'est passée et l'ebook est resté en stase sur ma liseuse. Parce que top de loups tuent le loup, n'est ce pas. Et pour ces vacances ci, j'avais envie de me ressortir quelques vieux ebooks, les dépoussiérer comme il faut et hop hop hop les lire.

Quand on se dit lecture loups garous. On se dit lecture légère. Mouahahaha. C'était sans compter l'intrigue du bouquin avec des complots nazis, la totale. Ils m'ont tués ! Littéralement. Mon cerveau a dû se mettre en marche (il a eu des bleus) et en moins d'une heure, j'étais happée littéralement par le roman. Donc c'était mort, j'ai plus passé du temps à lire qu'à profiter du paysage.


Michael Gallatin, une histoire dans l'histoire.

Parce que sur cette intrigue d'espionnage de folie, on a aussi l'histoire du louploup, alias Michael Gallatin. C'est un espion anglais mais d'origine russe. Et on se demande pendant toute l'histoire comment il en est arrivé à avoir des poils de temps en temps. Robert Mc Cammon en a eu conscience aussi, on a eu entre deux chapitres l'histoire de Michael.

Et c'est frustrant et grisant parce que, du coup, je me suis retrouvée avec non pas une intrigue de folie, mais deux intrigues de folie qui se chevauchent ! Oui madame ! Et j'ai pu ainsi découvrir ce destin extra ordinaire, dans le passé mais aussi dans le présent. Et ça, c'est carrément génial !

En bref, un vrai coup de coeur. Un livre énorme que j'ai dévoré de la première à la dernière page. Je l'aurai peut être même encore plus apprécié en hiver. Mais l'été, c'était pas mal non plus :)

Le Pacte des Immortels, tome 1 : d'Eric Nylund

Présentation de l'éditeur : Pas facile de grandir parmi les dieux... Deux familles ennemies ont conclu un pacte il y a de cela... plus ou moins l'éternité. Mais l'amour entre deux membres de ces clans rivaux va donner naissance à des jumeaux, et ce dans le plus grand secret. Eliot et Fiona vivent avec leur grand-mère et les journées sont à mourir d'ennui : aucune distraction autorisée et un règlement à respecter à la lettre sous peine de sanctions atroces. Mais elle et leur arrière-grand-mère sont leur seule famille. Sauf que... le jour de leurs quinze ans, un homme frappe à leur porte et prétend être leur oncle. Les jumeaux découvrent alors que leur famille est en parfaite santé, et qu'elle a hâte de les rencontrer... pour les tuer. Eliot et Fiona vont devoir accomplir des exploits héroïques imposés par les dieux et résister aux tentations des enfers pour sauver leur peau et prouver qu'ils méritent de rester en vie.







C'était sympa mais....


Mais voilà, quand tu passes juste après Oscar Pill, et bien disons que cela ne l'a pas mis forcément en valeur, le fait d'être passé après. Parce que l'histoire n'a pas ce petit plus. Sérieusement, on traite de dieux et d'infernaux. Et j'ai envie de dire, en soufflant en plus, qu'on a déjà Percy. Donc quel est l'intérêt du Pacte des Immortels ? Y a des infernaux avec ? Ouai. Mais ce n'est pas avec cela qu'on va révolutionner le monde non plus.

L'écriture ? Oui, c'est bien écrit, sans que cela ne soit trop exceptionnel. Des clichés ? Ouai. Mais cela passe très bien. C'est une lecture en Oui mais. Je ne peux pas dire que je n'ai pas apprécié. Cela allait. Je l'ai lu, rapidement et hop hop hop. Je suis passé à la suivante. C'est une lecture de transition quoi.


Des héros qui auraient pu être un peu plus profonds peut être ?

Oui. Parce qu'entre une coquette et un petit rêveur. J'avoue que je ne me suis pas retrouvée. Je n'ai pas retrouvée mes monstres non plus. Je n'ai pas pu me mettre à la place de ces ados. Donc il manque clairement un truc dans le cheminement des personnages. Mais est ce que l'auteur ne nous réserverait pas une belle surprise pour ensuite?  Je pense que oui. Donc c'est à creuser pour le tome 2.

Et puis cela m'intrigue un peu aussi. Entre la quête du père presque disparu, des épreuves qui ressemblent aux travaux d'Hercule et les tentations faites à chaque fois. Cela maintient suffisamment mon intérêt pour que je me dise que je me ferai bien le tome 2 dans pas longtemps.

Oscar Pill, tome 1 : la révélation des Médicus de Eli Anderson





Présentation de l'éditeur : Je m'appelle Oscar Pill et je ne suis pas un garçon comme les autres. Je suis un Médicus : j'ai le pouvoir extraordinaire de voyager dans n'importe quel corps vivant. Comme mon père, qui fut autrefois un célèbre Médicus avant de disparaître. Aujourd'hui, l'humanité entière est à nouveau menacée : Skarsdale, le sombre Prince des Pathologus, s'est échappé de sa prison. Et moi, j'ai été choisi pour l'affronter. Il me faut braver tous les dangers et rapporter un Trophée d'un endroit où je ne suis jamais allé. Un univers mystérieux qui se trouve... dans le corps humain.










Tout ce qu'il faut pour un roman jeunesse.

Alors, on reprend les clés d'un bon roman jeunesse : Un jeune homme ou une jeune femme : C'est bon. Un parcours initiatique ? Carrément, le petit Oscar découvre qu'il a des super pouvoirs, va entrer chez les Medicus et apprend à entrer dans un corps humain. C'est bon. Il rencontre l'amitié ? Oh oui. Et même comme chez notre ami Harry : un garçon et une fille. Et même qu'ils ne sont pas vraiment humains mais je vous laisse découvrir. Un clan de méchants qui veulent anéantir le monde ? Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii et même que c'est pour cela qu'Oscar s'engage. Des profs ? Oui et même des livres.

Donc on a tout bon. Faut maintenant savoir si Eli Anderson sait tout bien faire comme dans un bon cocktail..... Et ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii C'était du bon roman jeunesse que j'ai mis de côté pour mes loups d'ici un ou deux ans. (les pauvres, ils ont déjà une PAL de 500 bouquins sans le savoir). Bref. C'est aussi une bonne idée cadeau. C'est aussi une bonne idée à lire pendant vos vacances pour être cool.

Et en plus on apprend pleins de choses.

C'est comme dans il était une fois la vie. :D Plus sérieusement je pense même que c'est cela qui m'a carrément accroché à l'histoire c'est qu'on voyage dans le corps des gens. Et que nos cellules peuvent parler aux Medicus. Avec parfois des situations à hurler. C'était un moment très agréable et aussi ludique à passer. Maintenant, je parle à mon corps, je regarde mon croissant du matin différemment et même que j'ai appelé les Medicus quand j'ai eu une bronchite.

Sauf qu'ils ne sont pas venus. Donc j'ai pris du Vics. Cela a fonctionné (l'ouverture manuelle des bronches, c'est la vie).Bref. Ce fut une excellente découverte. Et j'espère bien que vous l'apprécierez. Rendez vous pour un tome 2 ? Qui sait ? Pour les vacances prochaines :)